CHERCHER UN ARTICLE
FRANÇAIS I ENGLISH
Fermer
NOM
PRENOM
EMAIL
EXPO
Pierre Molinier

Oeuvres inédites
Collages & photomontages
Non censurée

 

■ LIRE AUSSI
ARTY Oscar Marquez From Street to Fashion
ARTY Ali Mahdavi Interview
ARTY Gotscho Interview
EXPO Nobuyoshi Araki Bondages
EXPO Philippe Mayaux
FASHION CLOSE UP Michel Heurtault
FASHION CLOSE UP Fashion Institute Arnhem Gen.11 Rêves angéliques
SEDUCTIVE Etat Libre d'Orange Le parfum est mort, vive le parfum

Par un après-midi ordinaire des années 60 à Bordeaux, ville conservatrice, dans un appartement atelier de la rue des Faussets, un homme s’admire volontiers dans sa psyché, ajuste sa cravate, le visage impassible il observe quelques instants son col impeccable, se coiffe d’un chapeau, le ramène un peu sur le côté, prend une pose satisfaite.

Autour de lui, une multitude d’objets compose un environnement complexe et inattendu, une paire de jambes en plâtre tient en équilibre relié au plafond par un fil, sur la table "Le christ aux outrages" pose au côté d’une cravache et d’une boite de calmants, des boules Quies pour traquer le moindre bruit d’un quotidien insupportable, au sol des dizaines de paires d’escarpins dont les talons ne seront jamais assez hauts.
Installée sur une étagère une chambre 24x30 témoin d’une œuvre photographique prédisposée au surréalisme, des masques et des loups munis de verres correcteurs, des faux seins, ainsi qu’une centaine de bas neufs totalement dévoués à une passion fétichiste dévorante.

Il se penche soudain vers l’avant, saisit une carte postale de Pie XII embrassant les pieds du christ, et lit au verso une annotation écrite par un ami : «Les fétichistes ne sont pas ceux qu’on pensent».

Il rit, se tourne complètement pour faire face à la pièce principale, théâtre d’innombrables clichés. Il observe des montages originaux, entre dans les secrets de sa création et décode son art.

Méthodiquement il fait les portraits d’éléments séparés, têtes, bras, et reconstruit un corps idéalisé, il place entre deux vitres sa composition, la retouche manuellement, et la re-photographie.(Ancêtre sensuel de Photoshop ??) A chaque étape, il rapporte des têtes avec précision, réalise des découpages minutieux, travaille des résilles au crayon noir sur les épreuves, loge son visage dans celui d’Hanel, elle a 20 ans lui 65 quand ils se rencontrent.

Il jette un coup d’œil à une œuvre en cours : des fesses collées à côté d’un corps celui de son ami transsexuel Skindô, il pousse un soupir, observe sans ciller «l’Etoile des six» son plus grand collage réversible, puis cherche des yeux «La grande mêlée» son œuvre culminante, la plus élaborée de photomonteur.
Captivé par 2 nouveaux autoportraits, Il  fronce les sourcils, regarde fixement, l’un est un peu osé et l’autre plus chaste, il réfléchit un instant et choisit comme souvent pour la publication, le plus chaste.

A cet instant, son attention est détournée par Divine, un chat noir que lui a offert son ami André Breton. La masse noire est allongée au milieu d’un pentacle au sol, il recule et considère le cercle dessiné par une corde traversé d’un compas maçonnique, ce n’est pas l’œuvre d’un homme mais d’un chamane! Rituel immuable et incontournable,
il s’installe au centre du cercle magique pour trouver l’inspiration et changer le monde sous l’effet d’influx cosmiques. S’identifier à un chaman esquimau a un effet mystique formidable sur sa personne androgyne.

Un rayon de soleil traverse la pièce et illumine «La poupée» de «L’hommage à la Marguerite», habillée et maquillée par lui,
il s’attarde et observe son expression figée, puis il se retourne vers la fenêtre, consulte sa montre, réajuste sa veste et traverse la pièce.
Enfin, il ouvre la  porte d’entrée  et sort pour aller à la rencontre de la bourgeoisie bordelaise endimanchée.

L’homme croise une dame élégante, en parfait dandy feint de porter sa main à son chapeau, change d’avis et d’un geste provocateur dont il est coutumier, il porte cette même main à sa bouche et en retire son dentier pour la saluer.

Pierre Molinier aurait pu être un personnage de roman, artiste indésirable et transgressif pour la société bien pensante, il était de ces hommes qui doivent travestir la vérité pour vivre sa vie d’androgyne,
de nombreuses photographies dont il est le héros central symbolise sa conciliation des contraires. Amoureux du jeu de la duplication, il a créer inlassablement des créatures aux multiples métamorphoses. 



Sabine Morandini
REMERCIEMENTS

A Jean-Luc Mercié & Kamel Mennour

PHOTOS

Livre Pierre Molinier / Les presses du réel
Galerie Kamel Nemmour, librairie centre Pompidou, Artcurial



VIDEO

Pierre Molinier
Oeuvres Inédites / Collages & photomontages
Report Sabine Morandini



INFOS

Galerie Kamel Mennour
47 rue Saint-André des arts
60, rue Mazarine
Paris 75006 France
tel +33 1 56 24 03 63



kamelmennour.fr