CHERCHER UN ARTICLE
FRANÇAIS I ENGLISH
Fermer
NOM
PRENOM
EMAIL
ARTY
Lisa Reihana
■ LIRE AUSSI
FASHION WEEK Franck Sorbier Haute-Couture Ete 2014
EXPO Robert Wilson Vidéo portraits of Lady Gaga
FASHION CLOSE UP Coco Rocha Interview
EXPO Hey ! Modern art et pop culture
FASHION WEEK Bernhard Willhelm - Cie Forsythe Automne-Hiver 2013-2014
ARTY Serge Lutens FBI - Fatal Beauty Image
 

Lisa Reihana explore sur un mode expérimental cinétique, une réflexion contemporaine: Le rapport au corps, le rituel et les signes de reconnaissance.
Son travail nous offre un panorama riche de la diversité humaine, puisant dans ses racines et faisant référence à la tradition des portraits familiaux.
Ses installations vidéos créent un environnement visuel et sonore hypnotique, mettant en valeur le mélange des cultures occidentales et océaniennes, le mouvement, le concept répétitif et l’art numérique.
De son île lointaine Lisa Reihana nous adresse son Haka de bienvenue.
Sabine Morandini

Lisa Shelley & Sabine Morandini : Dans votre travail vous mélangez souvent le primitif, le natif et la civilisation occidentale, pourquoi ?
Lisa Reihana: Je suis d'origine mixte: Maori, Anglaise, Galloise .... Mon éducation étant formée par les idées occidentales, ma pratique artistique m'offre la possibilité d'étudier la philosophie et la pédagogie des Maoris, et de comprendre qui je suis et pourquoi je suis ici en ce moment. Le terme «primitif» à des associations négatives et coloniales, j'utilise les technologies numériques à l'encontre de ces notions en associant la technologie avec les populations autochtones. Les Maoris considérent chaque personne comme une incarnation du passé, présent et futur.. Je suis dans l'élaboration d'une nouvelle langue pour raconter des histoires, et en créer de nouvelles.

LS & SM: Cette situation n'est elle pas une situation de conflit ?
LR: Chaque personne à sa propre notion de ce qui est bien ou mal. Certains processus de pensées bloquent le développement créatif. Je préfère trouver des façons de penser qui permettent de créer, pour moi et les autres. Donc en tant qu'enseignant, mon don est de donner la permission de créer.

LS & SM Le corps et l'apparence ont ils pour vous une fonction ?
LR: Oui, les Tatoos ou encore Ta Moko comme on les appelle à Aotearoa en Nouvelle Zélande, symbolisent un langage. A travers cela, les Maoris s'annoncent, ceux qui comprennent cette forme d'art distinguent les styles et les Tatoos et peuvent même savoir de quelles tribus vient le porteur du Tatoo.
Le Ta moko est une pratique douloureuse qui marque le porteur définitivement, donc c'est pour des raisons culturelles et non de mode que le procédé se perpétue. Le costume est également important, pour quelle autre raison existerait il une telle industrie internationale de la mode? Les techniques de fibres traditionnelles Maori sont à l'honneur et ont été réadaptées pour l'époque. Comme dans toutes les nations, les codes vestimentaires existent, c'est un langage visuel. S'habiller est symbolique.

LS & SM: Tradition ne rime t'il pas avec conservatisme ?
LR: La notion de tradition est importante pour les Maoris, mais ne veut pas dire conservatisme. Les Maoris sont réputés pour adopter de nouvelles techniques et adapter les techniques et les idées, les utilisant selon leurs besoins. L'intégrité est le facteur le plus important. Nous pouvons utiliser ce qui est passé pour créer l'avenir.

LS & SM Où vivez vous en Nouvelle Zélande ?
LR: Je vis au centre d'Auckland, la plus grande ville de Nouvelle Zélande, ceci dit, la population n'est que de 1,5 millions. C'est un endroit super, entouré de nombreux ports avec un climat tempéré. Vous trouvez des plages incroyables à moins de 40 mn. Quand je reçois des invités internationaux, je les emmène sur la côte ouest. Un endroit aux vents sauvages, de sable noir, et d'énormes vagues. C'est toujours impressionnant, ça vous fait vous sentir vivant..

LS & SM Quelle vision peut-on avoir du marché de l'art contemporain, vue de Nouvelle Zélande ? En Europe nous sommes peu informés de ce qui se passe en Nouvelle Zélande, pouvez nous parler de la scène artistique néo zélandaise ?
LR: Il y a d'excellents artistes Néo-Zélandais, un marché en plein explosion qui à la fois souffre et gagne a être aussi loin des grands axes artistiques occidentaux .C'est beaucoup moins hiérarchisé que chez vous. Nous souffrons peut être d'un manque d'argent et une vision plus courte.
D'un autre côté nous avons une scène artistique très unique formée par nos pacifiques locaux. Les travaux varient, du conceptuel jusqu'au crochet, du minimalisme au High Tech, si les lecteurs de Fascineshion veulent en savoir plus, ils peuvent faire des recherches sur Google sur ‘The Big Idea’ , ‘Govett Brewster Gallery’,Artspace Gallery’ et ‘Lindauer Online’

LS & SM Avez vous de nouveaux projets ?
LR: Je suis une travailleuse lente et acharnée, j'ai des nouveaux projets très excitants dans mes tiroirs. Mon intérêt premier est toujours la camera, les projets photos et films me tiennent éveillé.
Je viens de terminer PELT qui est une série de 4 travaux photographiques, avec mes premiers nus. Avec ce projet je me suis assuré de développer un langage mythologique précis sans érotisme, pour confondre l'idée habituelle du plaisir visuel associé avec le corps de la femme- pas une mince affaire.
Je viens également de compléter un court métrage pour Matakari (nouvel an Maori). Un challenge technique en vidéo utilisant 8 projecteurs. C'est fantastique de travailler avec une vision élargie et de remplir une composition de 32 m de long et 3 m de large. Mon prochain projet se développe sur cette idée d'après une inspiration d'un papier mural français du 18 e siècle. Cela représente une pléiade de techniques artisanales et je veux leur rendre hommage avec un film vidéo, je suis très impatiente de le faire.

LS & SM: Quels artistes vous influencent ?
LR: Il y en a tellement que c'est dommage que de n'en mentionner qu'une partie. J'adore les natures bizarres et surréalistes de Matthew Barney, Miwa Yanagi & Yayoi Kusama. Je suis inspirée par les femmes Maoris qui ont prouvé qu'il est possible de faire carrière dans l'industrie cinématographique. Merata Mita & Ramai Hayward. Tracey Moffatt qui m'a taquiné quand c'était nécessaire. Je suis inspirée par le travail de AES+F pour leur audace, le sens des valeurs et leur combinaison d'images funkys et de matériaux douteux dans le sens profond du terme. La musique est un aspect important aussi, en ce moment je me penche sur Christian Marclay et son étude du son à travers la sculpture. Mon partenaire James Pinker est musicien et son soutien m'est indispensable.

LS & SM L'art cinétique a t-il influencé votre travail?
LR: Quand j'étais en école d'art je travaillais dans un studio d'animation pour me financer. Cette façon de découper les mouvements et de construire le temps a beaucoup influencé ma façon de penser et j'ai réalisé plusieurs dessins animés. Je continue ce travail et j'essaye de raconter une histoire en n'utilisant qu'une image.

LS & SM: Qu’est-ce qui vous fascine ?
LR:
Présenter des images fortes des femmes, de la mythologie, créer de nouveaux espaces dans lesquels vivre, voir ce qui vient après... La science fiction. J'aime imaginer quelle musique je mettrais sur une scène où j'attaquerais une banque, cela change avec les années, j'arrive à utiliser ce concept dans de nombreuses situations et les rendre plus interessantes.



Propos recueillis par Lisa Shelley & SM Août 2010 traduction Carole Denis
PHOTOS

Copyright Lisa Reihana



VIDEO

Copyrights Lisa Reihana
Fantastic Eggs
Native Portraits
Fluffy Fings



INFOS

Collections

Queensland Art Gallery, Brisbane, Australia. ‘Digital Marae’

Auckland Art Gallery, Auckland, NZ 'Digital Marae' installation

Ibrahim Hussein Museum, Langkawi, Malyasia

Susan O' Connor Foundation, Texas USA 'Native Portraits n.19897'

Te Papa Tongarewa New Zealand ‘Native Portraits n.19897’, ‘Digital Marae’

Staalich Museen Zu Berlin Germany ‘Wog Features’ & ‘Tauira’

Aboriginal Film Archive Australia ‘Wog Features’ & ‘Make U My Own’


http://qag.qld.gov.au/exhibitions/past/2010/unnerved/artists/lisa_reihana



www.lisareihana.com
www.lindaueronline.co.nz/
www.govettbrewster.com/