CHERCHER UN ARTICLE
FRANÇAIS I ENGLISH
Fermer
NOM
PRENOM
EMAIL
SEDUCTIVE
Conséquences

par Frédéric Braham

■ LIRE AUSSI
FASHION WEEK Prêt à Porter Printemps Eté 2010 Paris
SEDUCTIVE Ultra Peau
SEDUCTIVE Evolution
SEDUCTIVE La beauté sinon rien
CINEMA Patrick Süskind Le parfum, Histoire d'un meurtrier
FASHION CLOSE UP Red Light Fashion District
MUSIC The Knife
MUSIC Olivier Bobin aka Fade Dj Mix - Let's Get Physical
 

A l’occasion de l’Amsterdam International Fashion Week, la Maison Descartes, Institut Culturel Français des Pays-Bas au sein du consulat de France, propose une exposition sur  la thématique de la mode vue par le filtre du plasticien français, Frédéric Braham, actuellement invité par la ville d’Amsterdam et sélectionné par Droog pour participer au projet Red Light Design Amsterdam.

Répondant à l’impact de la mode et des médias comme modèles de société, l’artiste souligne leurs conséquences excessives, tant dans l’attitude d’idolâtrie engendrée, que  dans la violence corporelle infligée qu’est l’anorexie. Plus globalement, Frédéric Braham montre le lien entre ce phénomène culturel et la quête - sans fin et sans limite - du beau et du bien-être. Le corps en est tout autant le bénéficiaire et la victime via le maquillage, les soins médicamenteux ou chirurgicaux et les manipulations génétiques. Ainsi, un empilement de boites de cosmétiques dans une armoire à pharmacie témoigne de la fonction complexe, pour le moins double, de l’art de se parer: s’embellir tout autant que se protéger de l’inadéquation de l’image de soi face aux normes. L’exposition invite à s’interroger sur la place du corps dans une société  où la vision positive prime, lance des alarmes sur la morale, l’éthique des médias voire des industries cosmétiques. Pour élargir le champ du débat, l’écologie du corps est comparée à celle de la terre, par une œuvre du groupe BP  (les noms des pétroliers Erika et Prestige, figurent « innocemment » comme autant de marques sur des T-shirts).

Son discours est tour à tour léger, ironique, interrogateur, provocant et dramatique, dans une progression qui nous conduit vers une salle composée d’oeuvres entièrement noires: léger avec la table en crochet et résine de Marcel Wanders (Crochet Table),

la chemise-lampe de Héctor Serrano (Clothes Hanger) clins d’œil aux matériaux de la mode; ironique par l’emploi en décalage de slogans valorisants de la cosmétique, « Good for you » « Mosturizing Is The Answer »; interrogateur par la possibilité de se regarder dans des surfaces miroitantes, peintures en impeccables aplats de vernis à ongles, tables laquées ou peintures brillantes et dégoulinantes comme un masque et qui nous rappellent aussi l’effet de l’apesanteur sur notre peau; provoquant par certaines mises en scènes et les photos des corps volontairement amaigris; dramatique par la solution finale, la maltraitance du corps qui ne semble avoir qu’une seule issue, la mort. Ajoutant au tragique, une vidéo associée à un métronome, nous rappelle le poids implacable du temps.

Les projets législatifs sur l’anorexie, extrait d’un article du magazine ELLE, sont affichés au mur de l’entrée de l’exposition. La mode vue par l’œil d’un plasticien n’a pas les Conséquences escomptées…

Loin de la joliesse et la légèreté qu’évoque de prime abord la mode, I am more interested by the consequences est pour Frédéric Braham une invitation à une possible réflexion sur certains disfonctionnements de notre société. 



Michèle Heuzé (historienne)
REMERCIEMENTS

A Céline


VIDEO

Conséquences

Report Céline Charlot



INFOS

French Cultural Institut
Maison Descartes
Vijzelgracht 2A
1017 HR Amsterdam
Tel : +31 (0)20 531 95 01



www.maisondescartes.com