CHERCHER UN ARTICLE
FRANÇAIS I ENGLISH
Fermer
NOM
PRENOM
EMAIL
EXPO
Nul si découvert

(Érudition concrète 4)

■ LIRE AUSSI
FASHION WEEK Franck Sorbier Haute-Couture Ete 2014
EXPO Robert Wilson Vidéo portraits of Lady Gaga
FASHION CLOSE UP Coco Rocha Interview
EXPO Hey ! Modern art et pop culture
FASHION WEEK Bernhard Willhelm - Cie Forsythe Automne-Hiver 2013-2014
ARTY Serge Lutens FBI - Fatal Beauty Image

Commençons par trois histoires :

- Le lac Vostok, situé en Antarctique, est une poche d’eau capturée sous une épaisse couche de glace. Il pourrait renfermer des formes de vie millénaires. Les scientifiques tentés d'aller vérifier, se le sont interdit jusqu’à présent, puisque pénétrer cet espace altérerait immédiatement son équilibre supposé. Spéculation invérifiable. Le dilemme entre accroissement de la connaissance et souci de conservation est ici sans issue. La profanation du lac déclencherait la même bombe à « désagrégation spontanée » que dans la fameuse scène de Roma de Fellini, où le percement du métropolitain expose les fresques somptueuses d’une villa romaine à une évaporation immédiate.

- L’expérience du “chat de Schrödinger” (du nom du physicien Erwin Schrödinger) est une parabole de la mécanique quantique, portant sur la désintégration des atomes. Supposons un chat enfermé dans une caisse avec une fiole de gaz mortel qui peut se répandre selon une certaine probabilité. Comment savoir si le chat est mort ou vivant sans ouvrir le coffre ? Tant qu’aucune vérification n’est effectuée, Schrödinger affirme que le chat est vivant et mort à la fois, “mort-vivant”. Non pas l'un ou l'autre, mais bien l'un ET l'autre, du moins jusqu'à l'ouverture de la boîte. C’est donc le moment de la vérification qui infléchit l’état de l’objet d’étude, qui sauve ou tue le chat.

- Le LHC européen, l'accélérateur de particules le plus puissant du monde, doit permettre aux physiciens d’étudier les composants fondamentaux de la matière, en recréant les conditions qui existaient juste après le Big Bang. Lors de sa mise en service en 2008, un certain nombre de scientifiques ont réclamé la suspension de l'expérience par crainte de formation de trous noirs qui engloutiraient la terre. L’accomplissement d’une expérience inédite peut susciter un accroissement considérable de savoir comme aboutir à des pertes irréversibles, voire catastrophiques. Mais comment vérifier le bien fondé de ces théories sans les tester ?

Quatrième et dernier volet du programme « Érudition concrète », l'exposition Nul si Découvert / Void if removed prend comme point de départ ces trois histoires pour aborder, dans l’art, l'idée d’expériences à la fois concevables et impossibles. Des situations où l'observation anéantit l'observation. Précisément, des objets – sculptures, photographies, vidéos ou performances – qui sont d’autant plus frustrants et fragiles que les phénomènes qu’ils contiennent menacent de s’évaporer à l’ouverture. L’hermétisme attise la curiosité, encourage la violation du secret, mais maintient le savoir dans une spéculation pacifique, à distance, comme un mirage proposant la « figuration d’un possible » (Marcel Duchamp), et susceptible de susciter un vertige fantastique. Ce type de mécanisme « nul si découvert » concerne autant des configurations scientifiques, poétiques et philosophiques, qu’artistiques. Mais l’expérience d’une expérience impossible n’est pas seulement un casse-tête métaphysique : il peut s’agir de situations très concrètes, voire matérielles. L'art, dans sa capacité inégalée à formaliser des idées en dehors de tout système déterminé de signes et de tout fonctionnalisme, est peut-être le lieu privilégié de ces expériences de « l'in-expérimentable », ces impossibilités de la possibilité. Dès lors, il s’agit de clore ce cycle qui abordait la relation renouvelée de l’art à la connaissance dans la création contemporaine par deux perspectives divergentes, sans être contradictoires : l’irréductible inaccessibilité du savoir et l’infini de ses possibilités.

Guillaume Désanges, commissaire de l’exposition

Avec des oeuvres de Bas Jan Ader, Eric Baudelaire, Bernard Bazile, Alighiero Boetti, Chris Burden, Coop Himmelb(l)au, Marcel Duchamp, Ceal Floyer, Ryan Gander, Dora García, Joseph Grigely, Ann Veronica Janssens, Jirí Kovanda, João Louro, Julien Loustau, Daniel Pommereulle, Stephen Prina, Anna Maria Maiolino, Man Ray, Lawrence Weiner, Ian Wilson, Carey Young, Rémy Zaugg


INFOS

Le Plateau
Espace d’exposition
Place Hannah Arendt
France
75019 Paris
Accès métro : Jourdain ou Buttes-Chaumont / Bus : ligne 26
Tél : + 33 (1) 76 21 13 41
Exposition ouverte du mercredi au vendredi de 14h00 à 19h00,
les samedis et dimanches de 12h00 à 20h00
Entrée libre



www.fracidf-leplateau.com